Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Catholille - La Tradition catholique à lille

Quel avenir pour le diocèse de Lille ?

Publié le 18 Mai 2010 par lerosaire in DIOCESES en réactions

  

  eglise-20de-20marbre-20de-20lille.jpg

 

Dans une longue lettre datée du 21 février 2010, l’évêque de Lille, Monseigneur Ulrich, livre après deux années passées dans le diocèse, sa ligne de conduite, ses priorités et le sens qu’il entend donner à son épiscopat. Rupture ou non avec la ligne ultra libérale de ses prédécesseurs et notamment avec celle de Mgr Defois ?

 

La chrétienté en Europe arrive en ce début de XXIème siècle à un tournant crucial, après un déclin vertigineux ces 50 dernières années, que nous propose notre évêque pour enrayer ce processus d’auto destruction et faire en sorte que nos contemporains retrouvent le chemin de la Foi ?  

 

 

Mais où sont les catholiques ?

 

 

C’est le constat lucide que fait Mgr Ulrich ; <<certaines communautés s’amenuisent et vieillissent>> il y a <<moins d’enfants catéchisés et dans certains endroits presque plus>>. La situation est encore plus dramatique concernant ceux qui devraient constituer l’avenir du diocèse tant << il est difficile de rassembler des jeunes dans les aumôneries scolaires et étudiantes>>. Il faut aussi dire que l’image de l’Eglise est invisible de nos jours. La faute à qui ? à une sécularisation à outrance, un maître mot depuis 40 ans ; se fondre dans la masse ! C’est tout simplement les conséquences d’une perte totale d’identité.

 

Pire encore, l’évêque reconnaît même, que les Equipes d’animation paroissiales (AEP) qui sont sensées remplacer les prêtres dans les paroisses, ont énormément de mal à se constituer, tant l’hémorragie est importante.

 

 

 

Un diocèse qui se cherche

 

 

Pour autant il ne faudrait pas revenir aux fondamentaux. Non au contraire. Mgr Ulrich souligne <<le sentiment d’une image ternie ou réprouvée de notre Eglise>>. Il fait référence de manière à peine voilée au pontificat par trop conservateur de Benoît XVI avec notamment une allusion à la levée des excommunications des évêques de la fraternité Saint Pie X.

   

 

Paradoxalement l’évêque de Lille dit sentir une << grande difficulté à faire connaître ce que l’Eglise propose dans la société actuelle>>. Le principal souci, est que le diocèse ne propose plus depuis longtemps de pastorale véritablement catholique, et a tendance à transformer le prêtre en animateur social !

 

Il ajoute <<Rien ne me permet de penser que les chrétiens , les catholiques particulièrement se seraient retirés des engagements dans la vie sociale, la société civile, comme on prétend parfois…Dans les luttes contre la pauvreté, l’exclusion sociale, vous êtes aux avants postes>>. Certes les catholiques doivent-être présents dans la cité, mais en tant que catholiques dans un véritable esprit de charité et dans le souci apostolique d’enseigner la Vérité.

 

 

En revanche Mgr Ulrich s’abstient par exemple de parler du problème du travail du dimanche dont il a été question en 2009 avec une nouvelle loi libérale. Et pourtant cette loi est anti-catholique, anti-sociale, anti-familiale… Que dire des terribles questions de notre société actuelle que sont l’avortement généralisé, l’euthanasie, l’homoparentalité….là c’est un véritable silence assourdissant !  

 

 

Un diocèse résolument laïc.

   

 

En cette année sacerdotale la question de la vocation sacerdotale est naturellement évoquée mais pour mieux en détourner le sens ; <<l’année du sacerdoce pose fortement la question de l’appel, et du don de soi pour l’évangile>> nous dit l’évêque, mais si la question du sacerdoce catholique se résume à cela, on comprend  malheureusement pourquoi il n’y eu en 2009 qu’une entrée en première année au séminaire pour le diocèse de Lille! Il ajoute également : <<il s’agit de rendre le Christ visible aux yeux de nos contemporains>> mais dans cette foi moderniste le prêtre n’est plus guère que celui qui enseigne l’évangile d’une lecture peu orthodoxe. Le prêtre n’est-il pas un nouveau Christ? Notre Seigneur n’a t-il pas institué le sacrement de l’eucharistie pour que chacun se souvienne que Dieu s’est fait homme pour nous sauver? Jésus s’est immolé sur la croix pour nous racheter de nos péchés afin que nous aussi nous puissions goûter au salut éternel. Cette dimension du sacerdoce est étrangement absente de la lettre de monseigneur, alors qu’elle est essentielle pour qui veut bien comprendre le message du Christ.

   

 

En revanche tout est tourné vers <<l’apostolat des laïcs, les mouvements et associations qui ont dans notre diocèse une place majeure>>.  Et dans quel but ? pour <<faire sans cesse des propositions qui invitent au dialogue avec les chercheurs de Dieu, demandeurs de sacrements…>>(sic).

   

 

Le tout est illustré par une photographie représentant une célébration où prêtres et diacres autour de l’autel se tiennent la main sous une immense banderole intitulée : <<apostolat des laïcs : une chance pour partager et développer nos initiatives apostoliques en Eglise au service d’un monde qui bouge >> !!. Si on voulait ridiculiser l’état sacerdotal, on ne s’y prendrait pas autrement !

   

 

Le dialogue œcuménique plutôt que la conversion

   

 

Pour Mgr Ulrich <<le dialogue œcuménique et le dialogue interreligieux>> ne sont pas << une simple acceptation de l’existence des autres à nos côtés…notre intention c’est entrer en contact régulier>>. On trouve dans  ces passages les piliers fondateurs de la nouvelle théologie sortie du concile Vatican II : << engagements communs en faveur de la dignité de l’homme>> allusion à 1789 et à la funeste révolution française dont on connaît la haine de tout ce qui fait référence à Dieu.

 

L’évêque parle <<d’échanges sur nos façons de croire>>, <<d’une coexistence des hommes de toutes les religions>>. Il va même plus loin en affirmant que <<le respect dû à chacun…impose que nous en sachions davantage sur ces attitudes spirituelles..>>. On pense bien que les nombreux chrétiens (nigérians, coréens, irakiens, indiens…) persécutés dans le monde connaissent trop bien la foi de leurs bourreaux.

  

 

Au secours les jeunes…

 

 

C’est un peu un cri de désespoir. L’archevêque de Lille se plaint : <<faisons davantage place aux jeunes à l’intérieur même de nos communautés>>, n’était-ce pas déjà là il y a 50 ans le désir de ceux qui souhaitaient un aggiornamento dans l’Eglise. Oui effectivement nous sommes dans une région qui rassemble une population jeune ; 110 000 élèves fréquentent l’enseignement privé (faussement catholique), 15 000 étudiants inscrits à l’université catholique de Lille… Cependant, la religion catholique n’attire plus. Quand depuis 40 ans on leur dit  que toutes les religions se valent, que la pratique religieuse est facultative, que l’enfer est une invention moyenâgeuse…rien d’étonnant  que les jeunes aient déserté églises et aumôneries. Les nouvelles pastorales ont fini de formater une jeunesse molle, à qui n’est plus enseignée ; la Vérité, la générosité, le goût de l’effort et du sacrifice. Pourquoi donc ça changerait demain. Non Mgr Ulrich y croit, il propose pour changer l’état des choses une énième pastorale pour les jeunes soit une énième fuite en avant : <<de nouveaux documents de catéchèse sont en préparation>> ; qu’elle grande nouvelle attendue avec impatience par une population qui se complait dans le monde moderne.

   

 

Epouser le monde…

 

 

L’évêque de Lille fait donc dans sa lettre référence à un schéma de pensée libérale et à des pratiques d’un passé révolu, qui ont largement démontré leurs incapacités à livrer aux populations contemporaines c’est à dire aux âmes, une espérance fidèle à la Foi catholique telle qu’elle a été enseignée par Notre Seigneur et transmise quasiment intacte depuis près de 2000 ans !

   

 

Les défis du XXIème siècle ; Défendre la Vie, prêcher la Vérité, défendre nos racines chrétiennes dans nos cités et institutions, sauver nos églises, lutter contre l’Islamisation qui s’impose et cherche elle à convertir. Voilà ce à quoi il devrait s’atteler.

   

 

Il est donc à craindre que les belles paroles ne produisent pas une fois de plus un changement notable dans les communautés actuelles. Ainsi comment associer le message du Christ à de telles phrases vides de sens  comme par exemple : << Oui, au nom de notre attachement au Christ, nous combattons les esprits mauvais qui tourmentent nos contemporains et nous-mêmes : c’est une tâche rude et quotidienne mais nous l’accomplissons avec la force que le Seigneur nous donne.>> !  

 

 

Car à force de vouloir épouser le monde …on fini par sombrer avec lui.

 

 

 

 Catholille

 

Commenter cet article