Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Catholille - La Tradition catholique à lille

Allons à la source...

Publié le 27 Septembre 2008 par lerosaire in SPIRITUALITE

en ce 150° anniversaire des apparitions de Lourdes voici une belle méditation en préparation au prochain pélerinage international du Christ-Roi sous l'égide de la Fraternité sacerdotale Saint Pie X


« Le jeudi 25 février 1858, jour qui marque le milieu de la prodi­
gieuse quinzaine, un premier miracle va prouver que l'Apparition vient vraiment de la part de Dieu. Bernadette s'avance sur les genoux jusqu'au centre de la grotte où la Dame l'a précédée. "Elle me dit, a conté la voyante : 'Allez boire à la fontaine et vous y laver'." Sur son ordre, Bernadette gratte avec ses doigts le sable amoncelé. De la roche profonde d'où elle jaillit, une source a trouvé son chemin sous deux mètres de gravats jusqu'à la frêle main de Bernadette '. »

 

 

Cette source vive, inépuisable, cristalline, qui n'en finit pas d'être source et de couler, par laquelle tant de corps malades et d'âmes meur­tries ont recouvré la santé, quelle est-elle donc ? Plus profondément, de quoi est-elle le symbole ? Elle est le symbole vivant du Cœur Im­maculé de Marie, du Cœur de Celle qui à Lourdes, le 25 mars 1858, s'est nommée « l'Immaculée Conception ».

Alors pour nous, c'est une merveille de connaître cette source, de savoir où elle est, de pouvoir aller y boire et nous y désaltérer, d'y pui­ser toutes et chacune des grâces qui en découlent, puisque Jésus les lui a toutes confiées pour qu'Elle en soit la médiatrice et la distributrice. Tout le monde ne peut pas, sans doute, aller boire à la source que la Vierge Marie a fait jaillir à Lourdes, mais tous, nous pouvons aller boire, à tout instant, au Cœur de cette Mère Immaculée toujours plein de grâces, plein de la grâce dont nous avons le plus besoin.

Mais comment y puiser, par quel moyen ? Par le grand et irrem­plaçable moyen de la prière.

C'est par la prière que nous nous approchons de cette source qu'est le Cœur Immaculé de Marie. Avec la pénitence, la prière est le message fondamental de Lourdes. Une âme de prière, c'est une âme qui s'en remet de tout et pour tout au Cœur de Dieu par le Cœur de l'Immaculée, puisque c'est par Elle que nous viennent toutes les grâ­ces 2. Nous devons devenir ces âmes de prière, sous peine de mourir de soif en chemin, alors que la source est là, tout près de nous. A nous de ne pas la quitter, de ne pas l'oublier ni l'abandonner à cause de no­tre tiédeur ou de notre indifférence. Qu'il ne se passe pas un jour de notre vie sans que nous allions à cette source où Jésus a déversé toute sa sainteté pour nous la communiquer.

Si je ne vais pas prier à la source, je ne peux vivre surnaturelle-ment et saintement.

Aller à la source, c'est penser à la sainte Vierge, c'est rester en silence d'amour un moment près d'Elle, c'est lui offrir un Ave Maria, ce Je vous salue Marie qu'Elle aime tant ; c'est prier l’Angélus qui lui rappelle tout ce qu'Elle est pour Jésus et tout ce qu'Elle est pour nous.

Aller à la source, c'est s'offrir tout en­tier et tout lui offrir (nos sacrifices, nos efforts, nos luttes, nos épreuves et nos peines, nos souffran­ces et nos misè­res...).

 

Aller à la source, c'est demander con­seil à la Vierge Marie avant une action : que ferait son Cœur à ma place ?

 

Cherchons à nous tenir de plus en plus proches de l'Immaculée, chaque jour plus proches d'Elle ; alors, par là même, nous nous approcherons encore plus du Cœur de Jésus, de Dieu le Père et de toute la très sainte Trinité, parce qu'aucune créature n'est aussi proche de la Divinité que l'Immaculée.

Père Kolbe

 

Aller à la source, c'est remercier l'Im­maculée, la louer, l'aimer, lui chanter ses litanies ou un cantique en son hon­neur, seul ou avec d'autres.

Aller à la source, c'est méditer un chapelet, c'est écouter Jésus en Marie.

Aller à la source, c'est tout lui confier, absolument tout, comme à la meilleure et à la plus compréhensive des mamans...

Aller à la source, c'est boire à longs traits ou à petites gorgées l'exquise charité et la pureté sans fond de son Cœur.

Aller à la source, c'est aller se rafraîchir, se désaltérer ; c'est aller

se laver, se baigner, se purifier ; c'est aller reprendre force et vie et joie au jaillissement infini des grâces que Jésus a déposées dans le Cœur de sa Mère et la nôtre, dans le Cœur de la Maman des enfants de Dieu.


Quand la soif de la tentation m'étreint, quand le dessèchement de mes chutes et de mes défauts me décourage, quand l'aridité de la soli­tude et de mes peines m'accable, quand les tristesses et les épreuves de ceux que j'aime m'atteignent, quand je brûle de douleur de voir notre Mère Immaculée et son Jésus si peu connus, si peu aimés, par moi d'abord, et plus encore par tant et tant de pécheurs, alors j'accours à la source, j'accours au Cœur de l'Immaculée avec mon pauvre cœur chargé de confidences, de ferme espérance et d'amour, chargé de re­pentir et de résolutions, chargé de joie ou de larmes ; je lui dis tout, je lui abandonne tout, et dans cet abandon de tout moi-même à sa volon­té, je puise une paix qui n'est pas de ce monde.

Sainte Bernadette disait qu'elle aimerait mourir pour revoir la sainte Vierge, tant Elle était belle. Mais avons-nous jamais pensé quelle joie aussi avait la sainte Vierge de voir sa petite Bernadette, de voir sa hâte à venir la rejoindre à la grotte, de voir son bonheur à venir la retrouver, la prier, l'aimer et lui redire son amour et sa joie d'être son enfant ? Ainsi, pour chacun d'entre nous la sainte Vierge est si heureuse lorsque nous nous approchons de la source de son Cœur ! Oh ! cela n'a pas besoin d'être long : une maman comprend toujours son enfant ! Et nous le sommes chacun pour Elle d'une manière uni­que. Alors procurons-lui souvent dans nos journées cette joie d'un pe­tit détour près d'Elle, si court soit-il, d'une visite d'intimité d'âme à âme, pour retrouver Dieu en Elle et lui permettre d'écouler en nous son Cœur, surtout l'angoisse de son Cœur pour le salut des pécheurs.

Aller à la source, c'est lui donner le bonheur d'être notre Mère, c'est donner à son Cœur la consolation de nous faire du bien, de nous chérir tous et chacun comme étant plus spécialement à Elle.

Allons à la source, n'oublions pas la source..., la sainteté n'est nulle part ailleurs.

 

Mère Prieure des moniales dominicaines d’Avrillé

 

Commenter cet article