Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Catholille - La Tradition catholique à lille

Prier pour la sainteté du prêtre

Publié le 26 Octobre 2007 par lerosaire in SPIRITUALITE

 

 

La sainteté du prêtre, nous la réclamons souvent de manière intéressée. Ne dit-on pas qu’un saint prêtre est une bénédiction pour son troupeau ? Rien n’est plus vrai. Mais s’arrêter là serait oublier l’essentiel. 

On raconte de saint François de Sales qu’il avait le privilège de voir son ange gardien. A partir du jour de son ordination sacerdotale, l’ange refusa de le pré-céder comme auparavant, mais le laissait passer en premier, par déférence pour le sacerdoce qui habitait le nouveau prêtre. L’ange était en admiration devant cette merveille de la grâce divine qu’est le sacerdoce. 

Que dire d’un vase splendide quand de surcroît il est rempli du nard le plus précieux ? Que dire d’une âme sacerdotale totalement dépouillée d’elle-même qui serait habitée et envahie par la charité même du Christ ? A n’en pas douter, elle provoquerait non plus l’admiration d’un ange, mais l’extase de toute la cour céleste. Elle lui révélerait alors la richesse multiforme et surabondante de la grâce cachée en Dieu depuis l’origine des siècles (cf. Eph 3, 9-19), alimentant ainsi la louange céleste et par là même la gloire de Dieu. 

A n’en pas douter, le sacerdoce catholique est le chef d’oeuvre de la création. Lorsque nous prions pour la sainteté des prêtres, nous prions pour que la Ré-demption opère en eux tous ses effets, et qu’ainsi Dieu soit loué par les plus belles de ses créatures. 

Un prêtre saint, nous le voulons encore pour l’offrir à Notre-Seigneur et ainsi le consoler. N’a-t-il pas précisément voulu avoir au pied de sa Croix, comme plus belle consolation après sa sainte Mère, une sainte âme de prêtre en la personne de saint Jean ? 
Prier de manière désintéressée pour la sainteté des prêtres, afin qu’ils soient en tout premier lieu une digne louange de Dieu.



extrait du bulletin des foyers adorateurs de novembre
Mot de Monsieur l'abbé

 

Commenter cet article